L’apport du numérique dans la recherche

 Le numérique est de plus en plus présent dans la vie quotidienne de chaque individu, autant pour le divertissement que pour le travail. Se confronter à la recherche scientifique aujourd’hui signifie forcément de se confronter au numérique. Avec une démocratisation constante de l’information et de l’accès aux sources, la recherche semble être facilitée. Il convient toutefois de s’interroger sur les nouvelles difficultés que cela implique. Au sein de notre Master de Recherche, le cours “Humanités Numériques” pose la question suivante : comment utiliser le numérique à son avantage ? 

La diversité de sources numériques peut se constituer à la fois comme un atout et comme une difficulté dans la recherche. Apprendre à s’orienter sur internet devient indispensable pour un jeune chercheur. Il s’agit d’un savoir-faire qui s’acquiert par des apports théoriques mais avant tout par la pratique. Beaucoup d’entre nous n’avaient, dans un premier temps, qu’une idée vague de leur futur sujet de recherche. Ainsi, sans outils et confrontés à pléthore d’informations, la recherche peut, d’un côté, s’avérer difficile pour certains si l’approche du sujet n’est pas encore ciblée. De l’autre côté, cela peut s’avérer profitable pour trouver l’objet de recherche dans la divagation et la lecture de sources d’une grande diversité.

C’est le cas pour l’un d’entre nous dont l’objet de recherche sur le processus de patrimonialisation et d’inclusion des musiques de marimba, et chants traditionnels du Pacifique-sud colombien et nord-équatorien, sur les listes de sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) de l’UNESCO a été trouvé de cette façon. En effet, la problématique qui s’est développé autour de ce sujet partait d’un simple intérêt pour les musiques traditionnelles afro-descendantes colombiennes. La rencontre fortuite d’un documentaire sur Youtube, traitant de la récente patrimonialisation de ces musiques, lui a permis de se poser des questions par rapport à l’origine de ce processus et, à l’utilisation qu’en font les communautés désignées par l’UNESCO comme étant porteuses de cette représentation traditionnelle.

Face à la multitude d’informations qui ne cesse de croître chaque jour, il convient pour le jeune chercheur d’apprendre à sélectionner. Notre parcours universitaire nous a permis de nous familiariser avec plusieurs moteurs de recherche et leurs diverses fonctionnalités, et à prendre conscience de l’importance du choix des mots-clés. Ceci nous a donné les outils nécessaires pour une recherche plus approfondie qui peut-être aussi le début d’une réflexion sur une problématique. Avec ce savoir-faire, on peut être en capacité d’affronter le grand flux d’information que l’internet nous impose.

L’internet nous permet aujourd’hui d’avoir accès à des discours divers et variés, notamment ceux qui sortent du discours officiel et auxquels nous n’avions pas toujours accès avant l’ère du numérique. Cela nous permet de croiser les sources et de comparer les points de vue de divers acteurs sur un sujet plus facilement. La distance physique n’est plus un problème pour avoir accès à des témoignages, documents, et articles de presse en temps réel mais également à des archives numériques sur le passé.  Savoir utiliser le numérique pour faire ses recherches devient indispensable et permet d’en tirer les avantages tant il structure et organise des sources. L’utilisation des catalogues en ligne permet un gain de temps important dans le travail de recherche. Les bibliothèques numérisées, tout comme les archives, permettent à tout et chacun de s’intéresser à un sujet. Les bases de données auxquels les étudiants ont accès couvrent une grande variété de sources, d’approches, de domaines et de langues. Elles permettent aux étudiants de lire des travaux, des journaux et de revues du monde entier, auxquels ils n’auraient pas accès sinon.

De même, le chercheur ne doit pas céder à l’illusion qu’internet offre une vision complète : le numérique doit être vu comme un complément pour la recherche et ne pas substituer le terrain. Pour un autre d’entre nous, dont le sujet de recherche porte sur les différentes représentations du conflit civil colombien dans le travail de mémoire actuel, l’accès à un grand nombre de travaux de mémoire historique sur internet doit être croisé par un travail de terrain auprès des acteurs de la mémoire et des associations de victimes. C’est dans cette même optique que le Master “Les Amériques” associe les humanités numériques à un autre cours sur l’approche de la recherche de terrain.

Le numérique ne joue pas uniquement un rôle lors de la recherche de sources et lors de la production écrite, mais également pour la diffusion des travaux de recherche. L’accès à cette grande diversité de sources et d’approches disponibles sur une même question permet de se constituer une approche critique capable d’apporter au dialogue. L’adoption d’une attitude critique liée à une question pousse le chercheur à l’écriture et à se constituer lui-même comme source. Un autre sujet de recherche au sein de notre master porte sur un auteur allemand, Hubert Fichte, qui écrit sur la dictature militaire au Brésil. Cet auteur est lui-même une source qui peut être considérée comme un archive de cette époque. Des témoignages, articles de journaux et interviews insérés dans son roman méritent une plus grande diffusion, notamment en France et au Brésil où son œuvre est largement méconnue. Le travail du chercheur peut alors être de diffuser et de traduire cette source pour la rendre accessible à un public étranger.

Le travail de l’étudiant dans la rédaction d’un mémoire de fin d’études lui permet de se construire une pensée argumentée et solide capable d’apporter des réponses aux questions posées dans le cadre de sa recherche personnelle. La création du carnet de recherche Carema répond à la même dynamique. Nourrir ce carnet de recherche, c’est apprendre à synthétiser une réflexion ou un questionnement sur un sujet qui correspond à nos intérêts. C’est mettre un pied concret dans la recherche mais aussi développer sa capacité à réfléchir sur divers sujets.

L’importance de la diffusion de nos propos et ses impacts sur Internet s’est révélée à nous par le biais des réseaux sociaux. En réussissant à toucher notre public-cible, nos écrits se retrouvent largement diffusés dans certains milieux et sont lus depuis différents pays. Les particularités de la diffusion sur Twitter nous permettent de toucher les réseaux universitaires et les réseaux de la recherche. La création de la page Facebook nous permet, quant à elle, de toucher des cercles d’étudiants et d’amis et de leurs partager nos centres d’intérêts. De cette façon, les réseaux sociaux sortent de la sphère privée pour être un moyen de diffusion d’écrits pour le chercheur et lui permettre d’acquérir une certaine visibilité. Cette diffusion permet de susciter l’intérêt chez l’autre et d’ouvrir un dialogue.

Le numérique est alors un outil important autant dans le travail de recherche que dans sa diffusion. Un outil duquel il faut savoir se servir car il peut être aussi handicapant que bénéfique. Il s’agit d’un outil qui, comme une source papier, doit être traité avec précaution et esprit critique, mais qui devient extrêmement pratique et indispensable.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.