Contre-insurrection, mémoire et reconstruction du passé en Colombie

En novembre 2016, le gouvernement de Juan Manuel Santos signait avec les Forces Armées Révolutionnaires de Colombie (FARC) des accords de paix pour mettre fin à un conflit lourd de conséquences. Aujourd’hui, plus de 8.600.000 victimes sont recensées (1), victimes pour la plupart de déplacement forcé, d’homicide et de disparition forcée, pour une population totale de quelques 48 millions d’habitants. Ces chiffres montrent l’ampleur du défi auquel est confrontée la société colombienne dans la construction de la paix suite à plus d’un demi-siècle de conflit civil.

La signature de ces accords de paix marque un tournant historique. Prenant le contre-pied de la politique de Sécurité Démocratique développée entre 2002 et 2010 par Álvaro Uribe pour mettre fin au conflit, Juan Manuel Santos, pourtant ministre de la Défense de son prédécesseur, a privilégié le dialogue et entrepris des pourparlers de paix avec les FARC dès son arrivée au pouvoir. Il a également donné l’impulsion à un travail de mémoire historique avec la promulgation en 2011 de la Loi de Victimes et Restitutions de Terres qui offre un nouvel espace d’expression aux victimes.

Le travail de mémoire historique s’est matérialisé par la création du Centre National de Mémoire Historique, qui publia notamment le rapport ¡Basta Ya! Colombia : memorias de guerra y dignidad (2), et la mise en place de plusieurs commissions de vérité chargées d’éclaircir la responsabilité des différents acteurs dans les origines, la persistance et les conséquences du conflit, ainsi que de répondre aux demandes de vérité, justice et réparation des victimes. Les récents travaux de la Commission Historique du Conflit et ses Victimes (CHCV) ont en particulier reconsidéré les responsabilités de l’État et des paramilitaires dans la mise en place d’une violence répressive systématique envers la population civile qui donna lieu à la perpétration de nombreux massacres. Les chiffres avancés par Víctor Manuel Moncayo, historien membre de la CHCV, questionnent la constante diabolisation des FARC dans le discours officiel par le fait que 78,8% des massacres seraient imputables aux forces militaires et paramilitaires (3).

Face au discours officiel relayé par les médias de communication, symbole de « mémoire manipulée » pour reprendre les termes de Paul Ricœur (4), la mémoire historique permet de reconstruire un récit du passé à travers ses différentes représentations. Aucun consensus n’a toutefois été trouvé sur les origines du conflit et deux visions principales s’opposent : pour certains les FARC sont à l’origine du conflit par leur soulèvement en 1964 quand pour d’autres la répression d’État à toute manifestation de transformation sociale est à l’origine de la création des autodéfenses paysannes puis des guérillas. Chaque acteur peut ainsi à la fois être considéré comme victime ou comme bourreau selon le discours. Mais qu’en est-il réellement de la répression d’État ? Comment repenser le conflit ?

Dans son ouvrage Orden contrainsurgente y dominación (5), Vilma Franco Restrepo conceptualise un affrontement entre deux blocs : d’un côté un bloc insurrectionnel représenté par les guérillas, lesquelles luttent pour une transformation sociale ; de l’autre un bloc contre-insurrectionnel -dans une coalition d’intérêts entre l’État, les militaires, paramilitaires, politiciens, propriétaires terriens, secteurs économiques dominants et médias de communication- qui cherche à mettre en place un ordre capitaliste et à préserver la structure de pouvoir. De cette façon, l’auteure dépeint la mise en place d’une lutte contre-insurrectionnelle à partir de faits historiques bien antérieurs à la propre insurrection. Mais jusqu’à quel point peut-on parler de stratégie commune dans l’élimination systématique d’opposants politiques à l’ordre établi ? Cette stratégie a-t-elle été pensée ou s’agit-il plutôt d’une coalition d’intérêts ?

La pratique généralisée dans les années 1990 et 2000 de la violence, de la disparition forcée et de la terreur à l’encontre de la population civile a constitué le moyen privilégié pour dissuader ou éliminer dans une affirmation de domination, faisant de l’oubli un instrument de pouvoir. Cette pratique n’a toutefois pas disparu : de nombreux leaders sociaux, défenseurs des droits de l’homme ou victimes de déplacement forcé réclamant la restitution de leurs terres sont encore assassinés de façon systématique aujourd’hui. Alors que les accords de paix sont signés, peut-on parler de perpétration de la domination du bloc contre-insurrectionnel?

La mémoire est devenue un enjeu primordial dans la construction de la paix en Colombie. Qui sont les acteurs et quelles sont leurs motivations ? Quel récit du conflit mettent-ils en avant? Comment la mémoire s’est-elle constituée comme un nouveau terrain de lutte? Comment se traduisent les relations de domination du conflit dans la mémoire ? Comment se constitue-elle comme instrument de pouvoir pour les victimes aujourd’hui ? Qu’implique la recherche de consensus historique ? La paix ne peut-elle se construire dans une démarche rhizomatique et horizontale plutôt que dans une vision essentialiste et verticale ?

Jonas Loquer

…………………………………………………………………………………………………………………………………….

Photo: Oliver Contreras/Eddie Arrossi Photography, 2013, “Desapariciones forzadas en las Américas”, © Flickr

Notes:

1.Registro Único de Víctimas. Disponible à l’adresse: https://rni.unidadvictimas.gov.co/RUV

2. Centro Nacional de Memoria Histórica, ¡Basta Ya! Colombia: memorias de guerra y dignidad, 2013.

3. Moncayo, Víctor Manuel, “Hacia la verdad del conflicto: insurgencia guerrillera y orden social vigente”. Dans Contribución al entendimiento del conflicto armado en Colombia, Comisión Histórica del Conflicto y sus Víctimas, 2015. p. 72.

4. Ricœur, Paul. La mémoire, l’histoire, l’oubli. L’ordre philosophique. Paris: Seuil, 2000.

5. Franco Restrepo, Vilma Liliana. Orden contrainsurgente y dominación. Bogotá: Instituto Popular de Capacitación: Siglo del Hombre Editores, 2009.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.