Première confrontation à la recherche en Master: la question de l’interdisciplinarité

À l’heure de l’accélération des changements numériques et de l’accès à l’information, le travail du chercheur est un moyen d’aller vers une réflexion plurielle sur le monde actuel. Face aux questions sociétales de compréhension et d’acceptation de l’altérité, le chercheur peut apporter sa vision et permettre une meilleure compréhension des processus et problématiques contemporaines. Le flux continu d’informations qui touche tout un chacun doit ainsi être considéré avec un certain recul, et constituer un vecteur de réflexion et de développement d’un sens critique. 

 Aujourd’hui, faire partie intégrante d’un Master de recherche pluridisciplinaire reprend ce constat. Le Master “Les Amériques” de l’Université Rennes 2 et de l’IDA Rennes, centré sur le continent américain dans sa totalité, propose une grande diversité d’approches. Au cours de notre cursus, les aspects politiques, économiques, historiques, sociaux, géographiques, environnementaux ou anthropologiques, ainsi que ses représentations, en particulier dans la littérature et le cinéma, sont abordés afin que l’étudiant se constitue un bagage qui permette la structuration de réflexions sur des questions diverses et variées. La concrétisation de la formation du Master se situe autour de la rédaction d’un mémoire pour les étudiants du parcours recherche, ou autour d’une expérience professionnelle pour ceux qui choisissent le stage.
 
À l’image de la conception même du Master, ses intégrants viennent d’horizons variés. L’intervention d’enseignants-chercheurs de l’Université Rennes 2, de l’Université Rennes 1 ou de l’Institut d’Études Politiques de Rennes, entres autres, spécialisés dans des sujets divers, ainsi que la participation d’étudiants de diverses provenances, constituent un terreau propice au dialogue interculturel.
 
Si la richesse des différentes approches est indéniable, la construction de notre parcours de recherche dans le Master “Les Amériques” soulève des questionnements. Comment concilier le développement d’une réflexion pluridisciplinaire avec la volonté de se spécialiser sur une question de recherche en lien avec nos affinités? Comment se concentrer sur un projet de recherche personnel par le mémoire face aux diverses questions abordées et aux travaux de recherche conséquents que chacun des enseignants demande dans sa discipline? Plus généralement, comment faire d’une démarche pluridisciplinaire un atout pour la recherche ? C’est pour nous la problématique principale à laquelle nous sommes confrontés. 
 
La pluridisciplinarité semble par moments être un défi qui complexifie la tâche pour les étudiants et qui ne doit pas faciliter la conception d’un cours pour un enseignant. Pour la recherche, la pluridisciplinarité favoriserait une diversité de méthodologies et d’approches capables d’enrichir nos travaux. Cependant cette multitude d’approches face à laquelle nous nous trouvons nous pose parfois problème, par manque de ligne directrice.
 Notre sujet de recherche personnel doit souvent être délaissé en raison d’une charge de cours hebdomadaires élevée par rapport à d’autres masters de recherche. Les difficultés résident alors dans le fait de réussir à profiter de nos profils variés pour s’entraider, sans pour autant perdre de vue le fil conducteur de nos travaux individuels.
 
L’intérêt d’un dialogue interdisciplinaire nous apparait évident. Il doit constituer un des points forts de notre Master. Toutefois, il serait intéressant de pouvoir intégrer cette pluralité d’approches dans un projet commun à tous les étudiants dans le but de produire réellement ce dialogue et de pouvoir s’enrichir des travaux de tous. 
 
À partir de discussions dans le cadre d’un cours, une enseignante nous a proposé l’idée de créer un carnet de recherches qui soit tenu par nous, étudiants du parcours recherche, afin de mettre en place, à terme, ce projet commun. Cette initiative consiste ainsi à nous proposer une nouvelle approche par la rédaction de billets reprenant les problématiques posées dans nos travaux de recherche pour ensuite les publier sur le carnet et les diffuser sur les réseaux sociaux. 
 
Les premières expériences nous ont ainsi révélé l’importance insoupçonnée de la diffusion d’écrits dans notre formation de chercheur et les éventuelles répercussions positives de nos publications dans la construction de notre parcours. Nous apprenons de nous-mêmes à synthétiser nos réflexions dans un format réduit qui permette à tous de comprendre l’objet de nos recherches. De plus, la formation à la communication pour la diffusion de nos travaux était jusqu’alors totalement laissée de côté. Plus encore, la conception de ce carnet de recherches peut constituer à terme une réponse aux problématiques rencontrées dans la création d’un dialogue interdisciplinaire entre étudiants pour enrichir la formation.
 
L’importance du dialogue en général est primordiale tant l’initiative proposée répond à nos besoins dans ce parcours recherche. Ainsi, ce carnet de recherches pourrait permettre d’instaurer une forme de dialogue entre étudiants et enseignants dans une invitation à repenser le Master, et en particulier ses modalités d’évaluation, pour concrétiser l’instauration d’un projet interdisciplinaire qui corresponde aux besoins de tous.
 
Cet article écrit par trois étudiants en dernière année de Master pose la question de la continuité de ce carnet. Nous nous le sommes approprié et prenons l’initiative de l’alimenter mais nous espérons surtout que ce projet soit repris et appuyé. Que tous, étudiants de première année comme de deuxième année, de parcours recherche comme de parcours stage, mais aussi enseignants et intervenants extérieurs puissent faire perdurer et enrichir ce projet dans lequel nous trouverons tous notre intérêt.
 
Jonas Loquer, Julián Niño et Marie Trzaskalik
———-
Photo: “america”, © Pixabay.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.