Hubert Fichte et « la nouvelle description ». Pour une transgression des frontières, entre bicontinentalité et bisexualité

Hubert Fichte est un auteur de grande renommée en Allemagne (voir le prix littéraire important qui porte son nom) et pourtant peu considéré au Brésil et encore moins en France. Un travail sur cet auteur nous semble donc d’une grande importance pour participer à la diffusion de son œuvre en France et en encourager la traduction.

Né en 1935 à Perleberg et mort en 1986 à Hambourg, le fils d’un père juif (qu’il ne connaîtra jamais), passe son enfance de « demi-juif », qu’il retrace dans son premier roman Das Waisenhaus, (1965 –  L’Orphelinat), dans l’Allemagne nazie. Plus tard, c’est le théâtre, la radio, le journalisme, les voyages ainsi que leur mise en récit, mais aussi l’agriculture auxquels s’emploie le touche-à-tout dans sa démarche pluridisciplinaire et transcontinentale.

Après le grand succès de son bestseller Die Palette (1968) Fichte part au Brésil, accompagné par sa femme photographe, Leonore Mau. C’est le début d’un vaste programme de recherche, qui associe l’écrit et l’image et qui s’appui sur trois voyages de longue durée au Brésil,  en 1968, 1971 et 1981. Fichte décrit le Brésil sous la dictature militaire en recourant à des extraits de journaux qu’il inclut dans sa prose coupée aux nombreux retours à la ligne, à la description sobre du quotidien, mais aussi à des interviews de personnes très connues (comme par exemple Niemeyer ou Allende).

Nous aimerions travailler davantage sur le roman Explosion qui vient d’être traduit en portugais par Marcelo Backes. Explosion (publication en 1993 à titre posthume). Roman de l’ethnologie est le volume 7 de l’Histoire de la sensibilité, le grand projet — resté inachevé —  de roman fleuve, ou de roman “delta”,  comme Fichte l’a désigné lui-même. Le roman peut être considéré comme un collage savant de journaux intimes, de résultats de recherches, d’extraits de journaux quotidiens, d’interviews et d’observations d’Hubert Fichte lors de ses séjours au Brésil.

Les recherches ethnologiques de Fichte, attiré par les populations marginalisées, portent sur les religions afro-brésiliennes. Il voyage sur le continent américain entier pour étudier les religions afro-américaines (Santo Domingo, Venezuela, Miami, Grenada, Haiti, Trinidad etc.), cependant nous nous contenterons de ses recherches sur le Brésil (Rio de Janeiro, Bahia, Sao Luís do Maranhão).

Fichte pose sans cesse la question de la position (post-)coloniale du chercheur, notamment par son renouveau de la forme de l’interview. D’autres ethnologues comme Roger Bastide, Claude Lévi-Strauss ou Pierre Verger sont critiqués dans son roman. Son Pays du sourire.(1) se veut une réponse aux Tristes Tropiques (1955).

 Alors que l’époque se distingue par l’augmentation rapide du nombre d’ethnologues, Fichte en tire la conclusion d’inaugurer « l’ethnologie sur l’ethnologie ». De façon programmatique il annonce :

« le temps de la description ethnologique des sciences a commencé. » (2)

Aux anthropologues manquerait la capacité de voir à quel point ils font des recherches sur eux-mêmes. Pourtant, pour Fichte, « Il n’y a qu’une recherche / Le Je en tant que personne / C’est-à-dire moi-même. »(3)

Il s’agit de l’affirmation que toute recherche, loin de se concentrer sur un cobaye, sur du matériel, inclut le chercheur. Le chercheur entreprend ses recherches justement selon son intérêt personnel – en tant que personne. Ce n’est qu’en affirmant de plein gré sa propre subjectivité qu’on puisse accéder à l’objectivité. Cela veut dire également qu’il faut prendre chaque sujet comme un individu et ne pas faire valoir ce qu’il dit pour une population entière. Chez Fichte, la personne interviewée gagne en respect justement par le fait d’être doté de parole et non pas de parler pour un groupe.

Si Fichte fait des recherches sur le Candomblé, c’est parce qu’il s’intéresse plus précisément aux liens entre homosexualité et religions afro-brésiliennes. L’ambition de Fichte, c’est  « de vouloir coucher avec tous les hommes sur la terre. »(4)

Du côté du chercheur, le lecteur lira donc les descriptions de rencontres entre Fichte et ses amants et prostitués, la nuit dans les banlieues et favelas, dans les cinémas etc. Un projet de recherche rêvé:

« Oui, ce serait une nouvelle ethnologie / séduire des conducteurs de taxi pendant un an. » (5)

L’auteur développe toute une théorie autour de la bisexualité et de la bicontinentalité. C’est cette théorie que nous aimerions explorer davantage, car poser cette problématique du double au sein d’un Master pluridisciplinaire et plurilinguistique me semble être très prometteur. Chez Fichte la question du double structure, du moins en partie, l’espace ou le rapport entre littérature et ethnologie, entre prose et vers, ou encore entre autobiographie et recherche. Son œuvre se montre hybride et interdisciplinaire, elle transgresse les frontières des genres et des styles par le collage, par l’insertion d’articles de journaux et d’interviews, de features, de souvenirs et de résultats de recherche dans l’écriture romanesque. Elle transgresse les genres littéraires comme les frontières entre les sciences et entre les continents. N’oublions pas non plus le fait que Fichte entreprend son voyage avec la photographe Léonore Mau, ce qui confère à leurs recherches communes un caractère de pluridisciplinarité, de double-documentation qui renforce cette transgression entre les arts et les genres littéraires.


photo de Hubert Fichte: © Estate Leonore Mau, S. Fischer Stiftung, Leonore Mau | untitled, about 1983, cf. Institut Goethe 

1 Voir « Das Land des Lächelns. Polemische Anmerkungen zu Tristes Tropiques von Claude Levi-Strauss », dans le volume 1 de Homosexualität und Literatur, partie intégrante de L’Histoire de la Sensibilité.

2 Fichte, Lazarus und die Waschmaschine. Kleine Einführung in die afroamerikanische Kultur. Fischer, Francfort sur Main, 1985, p. 209 (toutes les traductions sont faites par mes soins).

3 Fichte, Explosion. Roman der Ethnologie.  Éd. par Ronald Kay, S. Fischer, Francfort sur Main, 1993, p. 560.

4 Ibid., p. 180.

5 Ibid., p. 177.


Marie Trzaskalik


1 réflexion sur « Hubert Fichte et « la nouvelle description ». Pour une transgression des frontières, entre bicontinentalité et bisexualité »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.